ESPACE MEMBRES

Connexion

Nouvelle publication de l'IFRI sur "La politique turque de l'Allemagne sous Merkel: un bilan critique."

[Deutsche Fassung s.u.]

Madame, Monsieur,
Chères collègues, chers collègues, 
 
Nous sommes ravis de vous annoncer la parution en ligne de la nouvelle publication « La politique turque de l’Allemagne sous Merkel : un bilan critique », Notes du Cerfa, n° 140, Ifri, septembre 2017 de Rosa Burç et Burak Çopur, qui peut être téléchargée sur le site internet de l´Ifri.

» Les relations germano-turques n’ont jamais été aussi mauvaises, et la relation de confiance entre les deux pays s’est très dégradée comme en témoignent les demandes du président turc de tests sanguins pour les membres du Bundestag d’origine turque et les reproches de « pratiques nazies » formulés par Ankara. L’inflexion de la politique allemande à l’égard de la Turquie annoncée le 20 juillet 2017 ne permet pas de prédire clairement l’évolution à terme des relations bilatérales entre Berlin et Ankara. Quant aux relations entre l’Europe et la Turquie, elles ont volé en éclats. Il n’en a pourtant pas toujours été ainsi : la période qui s’est écoulée entre l’octroi à la Turquie du statut de candidat officiel à l’adhésion à l’Union européenne (UE) et l’ouverture des négociations d’adhésion (1999-2005) a été l’âge d’or non seulement des relations entre l’Europe et la Turquie mais aussi des relations entre la Turquie et l’Allemagne. «
Rosa Burç est assistante de recherche à l’Institut für Politikwissenschaft und Soziologie de l’université de Bonn. Elle enseigne et rédige sa thèse à la chaire pour Regierungslehre
Burak Çopur, diplômé de sciences politiques, est un expert des questions turques et un spécialiste des migrations. Il enseigne à l’Institut für Turkistik de l’université de Duisburg-Essen.
 
Bien cordialement,

Barbara Kunz et Hans Stark
Directeurs de collection des Notes du Cerfa
Comité d’études des relations franco-allemandes - Cerfa

Nouvelle publication de l'IFRI sur "Le paysage allemand des fondations et think tanks. Le conseil en politique étrangère en Allemagne "

Madame, Monsieur,
Chères collègues, chers collègues, 
 
Nous sommes ravis de vous annoncer la parution en ligne de la nouvelle publication « Le paysage allemand des fondations et think tanks. Le conseil en politique étrangère en Allemagne », Notes du Cerfa, n° 139, Ifri, juillet 2017 de Nicole Renvert, qui peut être téléchargée sur le site internet de l´Ifri.

Le nombre de crises auquel nous sommes confrontées augmente, conséquences de failing states, de guerres et de conflits armés, de la pauvreté et de l’absence de bonne gouvernance dans nombre de pays. L’État et la société se trouvent sans cesse face à de nouveaux défis à relever. Ces crises se produisent simultanément, à un rythme de plus en plus rapide. Elles ont également des effets sur la politique intérieure, comme le montrent par exemple la crise actuelle des réfugiés ou encore la menace terroriste par l’État islamique. Le gouvernement, le Parlement, l’administration et leur personnel se trouvent donc face à de nombreux défis, devant être à jour des connaissances et prendre des décisions éclairées. Mais de qui la politique tire-t-elle conseil ?

Nicole Renvert est chercheur associée à la Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik (DGAP) et membre du bureau du « Forum Ebenhausen » de la Stiftung Wissenschaft und Politik (SWP) Berlin. Elle a été collaboratrice scientifique à la SWP et a travaillé comme spécialiste des relations transatlantiques pour plusieurs fondations d’entreprises. 

Nous vous souhaitons une excellente lecture.

Bien cordialement,

Barbara Kunz et Hans Stark
Directeurs de collection des Notes du Cerfa

Parution du nouvel ouvrage du CIRAC sur la Transition énergétique

 



 

Sous la direction de

Solène Hazouard, René Lasserre



La TRANSITIOn éNERGéTIQUE

Un défi franco-allemand et européen

272 pages

ISBN : 978-2-905518-50-7

25 €



Cette publication constitue la synthèse de deux journées d’étude et d’un colloque organisés en 2015-2016 dans le cadre d’un programme de formation-recherche mené par le Centre d'information et de recherche sur l'Allemagne contemporaine (CIRAC) et l'Institut allemand de politique étrangère (DGAP), avec le soutien du Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA), du centre de recherche AGORA de l'université de Cergy-Pontoise et de l'Office franco-allemand pour la transition énergétique (OFATE).



Veuillez trouver le sommaire ci-joint.



Vous pouvez le commander depuis notre site Internet à l'adresse  http://www.cirac.u-cergy.fr/publications/commande/ ou en nous envoyant le bon de commande ci-dessous.


Table des matières

Le retour bienvenu de l'intimité franco-allemande par J-D. Giuliani

Le retour bienvenu de l'intimité franco-allemande



En inscrivant son action dans une étroite relation avec l'Allemagne, le nouveau président français rompt avec des années de routine. Il mène une politique conforme aux intérêts de son pays mais rend aussi possible une relance européenne. La Chancelière allemande ne s'y est pas trompée, qui a montré immédiatement sa disponibilité à travailler avec son grand voisin.
Pour l'Allemagne et la France, il n'est en effet de destin positif possible qu'autour d'une coopération véritable. Il ne s'agit nullement d'être d'accord sur tout mais il est question de pouvoir se parler de tout. Parvenir à des accords, ou bien des compromis, ou même ne pas parvenir à s'entendre mais comprendre les contraintes du partenaire, c'est déjà s'éviter de faux pas.
Cela s'appelle l'intimité.
La conférence de presse commune qu'Angela Merkel et Emmanuel Macron ont donné à l'issue du Conseil européen des 22 et 23 juin est à cet égard révélatrice.
Cette attitude, qui est déjà une politique, rompt avec des années d'indifférence et de laisser-aller qui ont porté préjudice à tout le monde.
Alors qu'il vient de nous quitter Helmut Kohl, ce grand Européen, nous en a donné la preuve. Sans son intimité avec F. Mitterrand, la réunification allemande aurait-elle été si pacifique et finalement réussie? Et dans quel état l'Union européenne se serait-elle trouvée?
En agissant ainsi les deux leaders d'aujourd'hui rendent un immense service aux Européens. Ils dessinent une voie nouvelle d'intégration plus acceptable par les 27, en montrant l'exemple.
Le conseil des ministres franco-allemand du 13 juillet sera vraisemblablement l'occasion d'annonces nouvelles de la volonté de progresser ensemble sur des sujets qui intéressent toute l'Union. Déjà on travaille de part et d'autre et en commun à une meilleure gouvernance de la zone euro. Déjà l'Union progresse dans les questions de sécurité et de défense. Déjà les institutions communes ont remis en marche un moteur à l'arrêt du fait des divergences des Etats membres.
Il n'était nul besoin de discuter sur l'Europe à plusieurs vitesses, les noyaux durs et autres constructions de papier. Il suffit de montrer l'exemple en avançant vers une coopération plus étroite, qui respecte chacun, y compris ceux qui ne le veulent pas avancer ou n'en ont pas la possibilité. Les défis sont connus: sécurité, défense, économie, immigration. Les quelques pas que feront quelques partenaires européens pour les affronter et les relever ensemble seront bénéfiques à l'ensemble.
Et c'est le devoir de la France et de l'Allemagne, les deux principales nations du continent d'ouvrir le chemin.




JD Giuliani © 2017

« Entre vieillissement et migrations : la difficule équation allemande », Notes du Cerfa, n° 138, Ifri, juin 2017 de Anne Salles, qui peut être téléchargée sur le site internet de l´Ifri.

Madame, Monsieur,
Chères collègues, chers collègues, 
 
Nous sommes ravis de vous annoncer la parution en ligne de la nouvelle publication « Entre vieillissement et migrations : la difficule équation allemande », Notes du Cerfa, n° 138, Ifri, juin 2017 de Anne Salles, qui peut être téléchargée sur le site internet de l´Ifri.
 
La décision de la chancelière Angela Merkel d’accueillir plus d’un million de réfugiés en 2015-2016 a été interprétée par certains comme un choix stratégique visant à remédier aux problèmes démographiques auxquels l’Allemagne est confrontée, qu’il s’agisse de la baisse attendue de la population, et en particulier de son potentiel d’actifs, ou du vieillissement. Qu’en est-il vraiment ?


Anne Salles est maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne, membre de l’Unité mixte de recherche SIRICE (Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe), et chercheur associé à l’Institut national d’études démographiques (INED).

Nous vous souhaitons une excellente lecture.

Bien cordialement,

Barbara Kunz et Hans Stark
Directeurs de collection des Notes du Cerfa

Autres initiatives Fr-All